Par Mikaela Weisse et Liz Goldman


Tersedia dalam Bahasa Indonesia di sini. Available in English here. Disponible en español aquí. Disponible en portugués aquí.

Selon de nouvelles données de l’Université du Maryland publiées aujourd’hui sur Global Forest Watch, l’année dernière a été la deuxième année la pire en termes de perte de la couverture arborée. Au total, les tropiques ont connu 15,8 millions d’hectares (39,0 millions d’acres) de perte de la couverture arborée en 2017, soit une superficie équivalente à celle du Bangladesh. Cela équivaut à perdre 40 terrains de football d’arbres chaque minute pendant une année entière.

Malgré des efforts concertés pour réduire la déforestation tropicale, la perte de la couverture forestière a augmenté régulièrement sous les tropiques au cours des 17 dernières années. Les catastrophes naturelles comme les incendies et les tempêtes tropicales jouent un rôle de plus en plus important, d’autant plus que les changements climatiques les rendent plus fréquentes et graves.  Mais le défrichement des forêts pour l’agriculture et d’autres utilisations continue d’entraîner une déforestation à grande échelle.

Voici un instantané de la perte de la couverture arborée dans les principaux pays tropicaux l’an dernier :

Global Forest Watch Tropical Tree Cover Loss 2017
Colombia Tree Cover Loss Hotspots 2017

La Colombie voit la perte de la couverture arborée atteindre un sommet dans l’ère post-conflit

La Colombie a connu l’une des augmentations les plus spectaculaires de la perte de couvert forestier de tous les pays, avec une augmentation de 46 pour cent par rapport à 2016, et plus du double du taux de perte de 2001 à 2015. Près de la moitié de l’augmentation s’est produite dans seulement trois régions à la frontière du biome amazonien (Meta, Guaviare et Caquet), avec de nouveaux points chauds de perte qui avancent dans des zones qui n’avaient pas été touchées auparavant.

L’augmentation rapide de la perte de la couverture forestière s’est produite lorsque la paix est arrivée dans le pays. L’année dernière, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), le plus grand groupe rebelle du pays, ont été expulsées de grandes zones de forêts reculées qu’elles contrôlaient auparavant. Les FARC ont gardé un contrôle serré sur l’utilisation des terres et permis une utilisation commerciale des ressources. Avec la démobilisation le défrichage pour les pâturages et la coca, l’exploitation minière et l’exploitation forestière par d’autres groupes armés. La spéculation foncière est rampante, alors que les gens occupent et déboisent de nouvelles zones dans l’espoir d’obtenir un titre foncier dans le cadre de la loi sur la réforme rurale à venir, un élément clé de l’Accord sur la paix. Les sentiers abandonnés des FARC permettent également d’accéder à des zones forestières auparavant éloignées, certains gouvernements régionaux élargissant officiellement ces routes pour promouvoir le développement.

Global Forest Watch Colombia Tree Cover Loss 2017

Le gouvernement colombien s’emploie activement à ralentir la destruction des forêts. ordonné par la Cour suprême pour contrôler la déforestation en Amazonie. Le gouvernement a déjà annulé un grand projet d’autoroute reliant le Vénézuela et l’Équateur, détruit plusieurs routes illégales, agrandi le parc national Chiribiquete de 1,5 million d’hectares et a lancé l’initiative « Ceinture verte » (Green Belt) initiative pour protéger et restaurer un corridor forestier de 9,2 millions d’hectares. Il est trop tôt pour dire si ces actions et d’autres seront suffisantes pour ralentir la perte endémique des forêts du pays.

La perte de couverture arborée au Brésil reste élevée malgré les baisses précédentes

Le Brésil a connu son deuxième taux le plus élevé de perte de couverture arborée en 2017, après un pic important en 2016.

Global Forest Watch Brazilian Boimes Tree Cover Loss 2017

L’augmentation se produit malgré le déclin des niveaux de déforestation, et est due principalement à des incendies en Amazonie. La région de l’Amazonie a connu plus d’incendies en 2017 que toute autre année depuis le début de l’enregistrement en 1999, causant 31 pour cent de la perte de la couverture arborée de la région selon les données de l’Université du Maryland qui, pour la première fois, a attribué des cas spécifiques de perte de la couverture arborée à des incendies. Bien que les forêts soient susceptibles de se reconstituer puisque les incendies causent principalement la dégradation plutôt que la déforestation. (blog technique à venir), les flammes ont contrecarré le déclin des émissions de carbone liées à la déforestation au Brésil depuis le début des années 2000.

Bien que l’Amazonie méridionale ait connu une sécheresse en 2017, la quasi-totalité des incendies dans la région ont été initiés par des personnes pour défricher des terres pour le pâturage ou l’agriculture. L’absence d’application de la loi sur l’interdiction des incendies et l’incertitude politique et économique ainsi que le recul de l’administration actuelle en matière de protection de l’environnement sont de probables contributions au taux élevé d’incendies et à la perte de couverture arborée associée.

Les experts sont également inquiets du fait que les niveaux élevés d’incendies et de dégradation des forêts deviennent la nouvelle norme en Amazonie. Le changement de climat associé à la déforestation causée par l’homme augmente la prévalence de la sécheresse, ce qui rend le paysage plus vulnérable aux incendies.

Le défrichement des forêts à d’autres fins est également apparent dans tout le pays, avec des preuves d’agriculture, d’élevage et d’incursion intensive dans des forêts auparavant intactes dans les États d’Amazonas, Mato Grosso, Para, Rondônia et Roraima.

L’Indonésie voit une baisse encourageante de la perte de forêts primaires

Contrairement à la plupart des forêts tropicales, l’Indonésie a connu une baisse du la couverture arborée en 2017, y compris un déclin de 60 pour cent de la perte de forêts primaires. Alors que certaines provinces de Sumatra ont encore enregistré une augmentation de la perte des forêts primaires, dont 7 500 hectares (18 500 acres) dans le parc national de Kerinci Sebat, les provinces de Kalimantan et de Papouasie ont subi un déclin.

Global Forest Watch Indonesian Primary Forest Loss 2017

Cette diminution est probablement attribuable en partie au moratoire sur le drainage de la tourbe, effectif depuis 2016. La perte de forêt primaire dans les tourbières protégées a diminué de 88 pour cent entre 2016 et 2017, atteignant le niveau le plus bas jamais enregistré. En outre, 2017 était une année sans El Niño, ce qui s’est traduit par des conditions plus humides et moins d’incendies par rapport aux années précédentes. Les campagnes d’éducation et application accrue des lois forestières par la police locale a également contribué à prévenir le défrichement des terres par le feu.

Global Forest Watch Indonesian Primary Forest Loss in Protected Peat 2017

Ce nouveau développement est une raison d’être prudemment optimiste, mais seul le temps et une autre année El Niño révélera dans quelle mesure ces polltiques sont vraiment efficaces.

La perte de la couverture arborée en République démocratique du Congo atteint un niveau recordtu

La perte de la couverture arborée en République démocratique du Congo (RDC) a atteint un niveau record en 2017, augmentant de 6 pour cent à partir de 2016.  L’agriculture, l’exploitation forestière artisanale et la production de charbon de bois ont entraîné la perte de la couverture arborée, dont près de 70 pour cent dans les zones agricoles connues sous le nom de complexe rural. Bien que la culture itinérante n’indique pas nécessairement une expansion dans la forêt primaire, les populations croissantes peuvent intensifier les pratiques agricoles, réduisant ainsi les périodes de jachère où les arbres repoussent naturellement. Notre analyse a également montré qu’en 2017, 3 % de la perte totale de couverture arborée s’est produite dans les zones protégées et 10 % dans les concessions forestières.

Au cours des 16 années passées, la RDC a décrété un moratoire sur les nouvelles concessions forestières industrielles, mais le gouvernement a rétabli les concessions au profit de deux entreprises en 2018. Les écologistes craignent que l’ouverture de la forêt à l’exploitation forestière puisse exacerber le problème croissant de la déforestation dans le pays. Mais la perte de la couverture arborée de la RDC ne se limite pas aux concessions forestières industrielles. Alors que le moratoire ne s’appliquait qu’à l’exploitation forestière industrielle, l’exploitation forestière artisanale, souvent illégale, s’est également envolée. Compte tenu des tendances à la hausse observées en 2016 et 2017, il est essentiel que la RDC aille de l’avant avec l’amélioration de la planification de l’utilisation des terres et de l’application des lois forestières tout en appliquant de meilleures pratiques de gestion.

Les ouragans perturbent les forêts des Caraïbes

Top 10 Tropical Countries for Tree Cover Loss in 2017

La saison extrême des ouragans de 2017 qui a tué des milliers de personnes et causé des millions de dollars de destruction dans les Caraïbes a également eu des effets néfastes sur les forêts de la région. L’île de la Dominique a perdu 32 pour cent de sa couverture arborée en 2017, tandis que Porto Rico en a perdu 10 pour cent, y compris des pertes importantes au sein de la El Forêt nationale de Yunque. Alors que les forêts tropicales dans les zones cycloniques sont naturellement résilientes aux tempêtes, les scientifiques ont des craintes en ce qui concerne leur capacité à se rétablir face à des tempêtes plus puissantes dues au changement climatique.

Voir les forêts au-delà des simples arbres

L’augmentation constante de la perte de la couverture arborée tropicale est alarmante, et les nouvelles données démontrent que les efforts actuels pour réduire la déforestation sont insuffisants.

En plus de protéger la biodiversité et de fournir des moyens d’existence à l’homme, les forêts jouent également un rôle essentiel dans le stockage du carbone. Mais alors que la conservation des forêts pourrait fournir près de 30 pour cent de la solution pour limiter l’augmentation de la température mondiale de 2 degrés Celsius, les scientifiques estiment que la lutte contre les effets les plus néfastes du changement climatique est limitée à 2 pour cent. Si le monde prend au sérieux la lutte contre le changement climatique, tous les pays doivent redoubler d’efforts pour réduire la déforestation.

Les dirigeants se réunissent aujourd’hui à l’occasion du Forum sur les forêts tropicales d’Oslo pour réfléchir aux progrès réalisés à ce jour et discuter des plans pour l’avenir. Compte tenu des terribles nouvelles de 2017, il est clair que les efforts de lutte contre la déforestation sont plus importants que jamais.

 


Les auteurs tiennent à remercier Matt Hansen, Peter Potapov, Svetlana Turubanova, Patrick Lola Amani, Andre Lima, Chima Okpa et Marc Steininger qui ont mis à jour les données sur la perte de couvert forestier.


Banner photo: Peatland forest in Parupuk village, Katingan. Central Kalimantan. Photo by Nanang Sujana/CIFOR